Présidentielle 2022 | La course aux énergies renouvelables

 

À moins de deux mois du premier scrutin, les campagnes prennent une teinte éco-responsable, pour une élection présidentielle en avril 2022, marquée par les bouleversements climatiques et environnementaux.

À l’heure où plus d’un français sur trois considère les énergies renouvelables comme une thématique prioritaire, Artyseo vous livre le green programme des prétendants au titre de Président de la République.
Entre choix en matière de rénovation de l’habitat et résolutions relatives aux énergies renouvelables, la course à l’Élysée est indiscutablement marquée par le défi climatique, sociétal et environnemental planétaire.

À présent, la campagne bat son plein. Les choix et orientations de chaque candidat en matière de solutions énergétiques figurent au centre des programmes et captent l’attention d’un électorat en quête de sens et résolument tourné vers l’avenir de notre pays. Un avenir économique et social au cœur duquel le modèle énergétique prend une large place et pourrait à terme, en rebattre les cartes.

Les prochaines années seront décisives en matière d’énergie et d’habitat pour le réchauffement climatique. Conscient de ces enjeux, l’électorat français pose, plus que jamais, un regard attentif sur les politiques énergétiques proposées par chaque candidat.

Habitat, production et consommation énergétique, aides gouvernementales et transition énergétique, etc.
Nous vous proposons un tour de table des positionnements et propositions des candidats à la présidence de la République.
Pour tout savoir des promesses énergétiques avant de mettre votre bulletin dans l’urne en avril prochain, c’est par ici que ça se passe.

 

Campagne électorale & énergies | Les pistes pour conjuguer croissance et lutte contre le réchauffement climatique

 

2022 marque un tournant dans le débat politique.
La thématique environnementale devient un point central des programmes.
Des promesses et choix en matière de production et de consommation énergétique, qui s’avèreront être déterminants pour l’avenir du pays, au cours du prochain quinquennat.

Entre ambition énergétique et division autour des méthodes et planning à mettre en place pour atteindre les objectifs de la France, les candidats sont réunis autour d’une équation commune :

  • Élaborer un modèle énergétique et environnemental pérenne ;
  • Atteindre une indépendance énergétique – produire de l’énergie en quantité suffisante pour l’ensemble du territoire français ;
  • Limiter l’empreinte carbone de cette production énergétique.

Pour sortir d’un système énergétique fragilisant le climat et l’environnement, des solutions opérationnelles existent.
Là où l’avenir du nucléaire divise, les énergies renouvelables ont globalement le vent et le soleil en poupe.

Qu’en est-il des solutions disponibles pour réduire notre bilan carbone et initier un nouveau modèle énergétique plus durable au quotidien pour les ménages et entreprises du territoire ?

 

L’énergie nucléaire

 

Très récemment classée et labellisée « énergie verte » par l’Union Européenne, le nucléaire n’en finit pas de nourrir les débats depuis sa mise en service en France à la fin des années 1990.

 

énergie nucléaire

 

Le nucléaire est une technologie qui utilise l’uranium, un combustible fissible radioactif permettant de produire de l’énergie en grande quantité, sans rejeter de CO2 dans l’atmosphère.
Le parc nucléaire est particulièrement développé en France et compte à ce jour 56 réacteurs répartis sur l’ensemble du territoire.
Faisant ainsi des EPR (Réacteur Pressurisé Européen) la principale source de production d’électricité de l’hexagone.
Une prévalence dont la part est amenée à diminuer au cours des prochaines années, en raison de la gestion délicate des déchets radioactifs produits par ce modèle et par la volonté mondiale d’accélérer la croissance verte, faisant la part belle aux énergies renouvelables.

 

L’éolien

 

L’énergie éolienne utilise la force du vent pour la transformer en électricité.
Savant héritage des moulins à vent, le parc éolien a l’avantage de produire une énergie propre et renouvelable.

 

 

Une solution nuancée au sein de l’opinion publique par la nuisance sonore et visuelle qu’elle provoque. Il faut également noter que l’énergie éolienne ne se suffit pas à elle-même. Trop dépendante de la géographie, de la météo et de l’environnement direct, elle doit nécessairement être couplée à une seconde source d’énergie, telle que le solaire, pour proposer une production énergétique suffisante.

 

Le solaire photovoltaïque

 

L’énergie solaire est sur le podium du développement des énergies renouvelables ces dernières années.
Renouvelable, accessible, performant et sans impact sur l’environnement, le solaire permet de produire de l’énergie à partir de la lumière du soleil.
Avantage de taille : le rayonnement solaire est gratuit et disponible sur toutes les régions de France.

 

 

Panneaux solaires sur toiture, fermes photovoltaïques, parkings et carports solaires, etc.
Cette solution énergétique recyclable et modulable s’adapte à tous :

  • Les ménages adhèrent au modèle d’autoconsommation ;
  • Les industries peuvent consommer sur place leur production énergétique ;
  • Les collectivités s’engagent pour produire une énergie propre et locale sur le toit de leurs bâtiments et locaux publics.

Les projets photovoltaïques se développent sur l’ensemble du territoire, à petite et grande échelle. Un modèle énergétique en passe de devenir la solution majeure pour produire de l’électricité à moindre coût et qui trouve forcément sa place au sein du débat politique en cours.

 

En bref,

 

Socle de toute forme d’activité, l’énergie est un sujet sensible.
Chaque citoyen se sent désormais concerné par l’avenir énergétique de la France, face à un parc nucléaire montrant régulièrement des signaux de vieillissement.

L’avenir de la planète, un sujet jusqu’alors passant pour inaudible, est devenu central dans une campagne électorale marquée par les questions écologiques, la crise sanitaire et les défis climatiques abondés par le dernier rapport du GIEC.
Le challenge de la transition énergétique est désormais inhérent au débat politique.
L’exploitation des sources d’énergie disponibles crée des divergences au sein des candidatures à la présidence de la République, il en va de même pour les choix en matière d’habitat.

 

Construction et rénovation | L’amélioration de l’Habitat, une transition en action

 

Avec quelque 7 millions de logements mal isolés en 2021, la France s’engage dans la rénovation énergétique domestique pour réduire la quantité de logements énergivores présents sur le parc immobilier français.
Ainsi, avec la loi Élan, les propriétaires bailleurs se verront appliquer progressivement des contraintes de location, voire une interdiction totale de mise en location pour les passoires thermiques dès 2023.
L’importance d’un bon classement de l’étiquette énergétique (DPE) propulse ainsi la filière de la rénovation énergétique.

Autre mesure phare : la fin du chauffage au fioul en 2022 à compter de juillet prochain, l’installation d’une chaudière au fioul sera interdite.
La fin programmée de l’utilisation des énergies fossiles est l’une des clés de la transition énergétique et écologique en marche.
Ainsi, les pompes à chaleur, chaudières à granulés et panneaux solaires remplaceront progressivement les chaudières au fioul et à charbon dans les logements anciens. La PAC dominant déjà le parc immobilier neuf.

Ça bouge déjà pour le logement

 

  • Les aides gouvernementales telles que MaPrimeRénov, ou MaPrimeRénov’ Sérénité, accélèrent ce développement des équipements domestiques de chauffage vert ;
  • L’objectif de neutralité carbone de la France permet d’interroger notre modèle de production énergétique et de mettre en place des réglementations, notamment sur les modes de chauffage et l’avenir de l’habitat ;

Avec la hausse continue des tarifs du gaz et de l’électricité, le logement trouve ainsi toute sa place dans ce contexte de campagne électorale.
Premier poste de dépenses des ménages français, la question du logement et de ses équipements énergétiques devient naturellement centrale.
L’accélération de la rénovation énergétique est défendue par certains candidats, qui s’engagent d’ores et déjà avec objectifs chiffrés et planifiés.

 

Des évolutions actées en entreprises

 

La loi Élan impose aux acteurs privés et publics une réduction de leur consommation énergétique de 40% d’ici à 2030.
Un objectif fixé, auquel les entreprises tous secteurs confondus, doivent répondre dans les délais impartis.
En outre, le gouvernement, en accord avec le Green Deal européen, a fixé un second objectif : zéro émission de CO2 en 2050.
Un résultat qui sera difficile d’atteindre sans un développement global des énergies renouvelables sur notre territoire.

Autant de directives qui instaurent une véritable révolution énergétique dans l’industrie pour les années à venir.
Des solutions de terrain se mettent en place pour réduire l’impact des activités et bâtiments sur l’environnement. Les modèles industriels sont repensés afin d’économiser l’énergie et les modes de production :

  • Rénovation énergétique des bâtiments ;
  • Construction de bâtiments à énergie positive (BEPOS), en application des Réglementation Thermique 2020 (RT 2020) ;
  • Révision des process industriels vers plus de sobriété énergétique ;
  • Obligation pour les constructions et extension de plus de 500m2 de se doter de panneaux photovoltaïques ou toit végétalisés sur au moins un tiers de la surface de leur toiture ;
  • Remplacement des énergies fossiles ;
  • Développement des démarches RSE en entreprise, etc.

 

L’énergie, au coeur de notre mode de vie

 

Travailler, développer, chauffer, cuisiner, communiquer, se déplacer, construire…
L’énergie est partout.

Essentielle au quotidien et centrale dans notre société, sa production représente également un facteur clé face aux défis climatiques.
Les voix sont unanimes, le temps est venu de délaisser définitivement les énergies fossiles, de repenser notre habitat et d’interroger notre modèle énergétique en tenant compte de :

  • L’environnement et de la disponibilité des ressources ;
  • La dynamique socio-économique ;
  • La volonté d’acquérir une souveraineté énergétique.

Qu’en pensent les candidats à la présidence de la France ?

 

 

Les candidats à la loupe | Portraits énergétiques et propositions environnementales

 

La mobilisation se fait générale et les différentes options sont sur la table concernant l’avenir énergétique de la France.
Les orientations des divers partis politiques regroupent des aspects techniques, environnementaux, économiques et sociétaux.
Autant de trajectoires, pour lesquelles les électeurs devront se positionner le 10 avril prochain ;

Place au débat démocratique entre les candidats, face aux solutions parfois controversées, à apporter entre discours politiques pro-nucléaires ou pro-renouvelables.
Tour d’horizon des promesses vertes et stratégies énergétiques du spectre politique, à l’orée de l’élection présidentielle.

 

NATHALIE ARTHAUD

Candidate Lutte ouvrière

  • Organisation d’une politique environnementale concertée et planifiée à l’échelle planétaire ;
  • Aucune proposition relative à l’énergie n’est encore déclarée à ce jour par la candidate.

FRANÇOIS ASSELINEAU

Candidat Union populaire républicaine (UPR)

  • Multiplier par 5 le budget R&D sur les énergies propres ;
  • Développement de la filière nucléaire nationale.

 

MARIE CAU

Candidate indépendante

  • Développement d’une filière nucléaire propre à base de thorium ;
  • Favoriser l’autoconsommation auprès des industriels ;
  • Équipement du parc immobilier en énergies positives ;
  • Mise en place d’un bonus-malus énergétique sur les taxes foncières.

 

NICOLAS DUPONT-AIGNAN

Candidat Debout La France

  • Mise en place d’un plan d’isolation thermique, appuyé par les aides gouvernementales à la rénovation ;
  • Aucun projet éolien ne sera mis en place durant le quinquennat.

 

CLARA EGGER

Candidate Espoir RIC 2022

  • Mise en place d’un référendum constituant sur les thématiques environnementales et écologiques pour engager des politiques énergétiques à long terme.

 

ANNE HIDALGO

Candidate Parti socialiste

  • Instaurer un plan de décarbonisation étalé sur le quinquennat ;
  • Accompagnement de tous les acteurs pour mettre un terme à l’utilisation des énergies fossiles en France. Fin aux aides publiques dans ces domaines ;
  • Sortie du nucléaire et baisse des taxes sur les carburants (TVA 5.5%) ;
  • Objectif de neutralité carbone en 2050 avec un vote chaque année du budget carbone de la nation ;
  • Plan pluriannuel de rénovation énergétique des logements avec avance de frais pour la rénovation des passoires thermiques. La candidate vise la rénovation globale de 760 000 logements individuels par an, soit 22 millions d’ici 2050 ;
  • Construire un modèle économique plus passif, basé sur la réparation plus que la consommation massive d’énergie ;
  • En matière de fiscalité environnementale : instauration d’une règle d’or climatique assurant la transparence et l’optimisation des usages.

 

YANNICK JADOT

Candidat Europe Écologie-Les Verts

  • Sortir du nucléaire et viser un mix énergétique 100% renouvelable dès 2040 ;
  • Mise en place d’un plan de 10 milliards d’euros par an pour la rénovation des logements individuels, conduisant à un allègement de 600 à 700 euros chaque année sur les factures énergétiques des français ;
  • Construction de 700 000 logements à haute performance énergétique ;
  • Augmentation du chèque énergie pour les ménages les plus précaires, pouvant atteindre 400 euros par an ;
  • 340 km2 de panneaux solaires installés d’ici 2027 ;
  • Création d’une convention citoyenne sur l’énergie, pour construire la feuille de route énergétique du futur.

 

ANASSE KAZIB

Candidat Révolution permanente

  • Sortie des énergies fossiles et développement d’un modèle d’écologie populaire

 

GASPARD KOENIG

Candidat Simple

  • Simplification des politiques environnementales autour d’un principe pollueur-payeur équitable et lisible

 

GEORGES KUZMANOVIC

Candidat République souveraine

  • Réinvestir dans le nucléaire à travers la mise en place d’un grand service public des énergies ;
  • Développement des énergies renouvelables ;
  • Suppression des passoires thermiques avec une agence de la rénovation thermique des bâtiments ;
  • Construction de 500 000 logements neufs par an et éradication de l’habitat indigne.

 

ALEXANDRE LANGLOIS

Candidat Refondation 2022

  • Soutenir le développement de l’énergie éolienne ;
  • Mise en place d’un plan d’isolation thermique de tous les bâtiments avec un État montrant l’exemple sur son propre parc immobilier ;
  • Faire de l’isolement thermique et de l’autonomie énergétique des logements une grande priorité nationale avec le développement des aides à la rénovation énergétique auprès des particuliers ;
  • Refaire du nucléaire une filière d’excellence française et constitutionnaliser l’indépendance énergétique de la France.

 

JEAN LASSALLE

Candidat Résistons

  • Relance de la recherche sur les énergies renouvelables,
  • Développement de l’énergie solaire et l’éolien avec la construction de centrales solaires ;
  • Financement des travaux d’isolation des logements individuels et collectifs.

 

MARINE LE PEN

Candidate Rassemblement National

  • Construction de 6 EPR, réouverture de la centrale nucléaire de Fessenheim et relance du programme Astrid ;
  • Mettre fin aux subventions financières en faveur des énergies renouvelables à destination des professionnels et des ménages, telles que le solaire photovoltaïque et l’éolien ;
  • Baisse de la TVA sur les carburants, le gaz et l’électricité.

 

EMMANUEL MACRON

Président sortant et candidat pressenti La République en marche

  • Projet de construction d’un réacteur EPR et développement des SMR (Small Modular Reactor – mini-centrales nucléaires) sur le territoire français ;
  • Développement des aides et accompagnement pour les particuliers et entreprises pour l’équipement en énergies renouvelables ;
  • Accélération de la transition énergétique par le biais de la rénovation des logements individuels et collectifs : audits énergétiques gratuits, rénovation des passoires énergétiques et travaux énergétiques.

 

ANTOINE MARTINEZ

Candidat Volontaires pour la France

  • Mise en place d’un « référent » écologie dans chaque Ministère ;
  • Soutien et développement de la filière nucléaire ;
  • Investissements dans la technologie EPR.

 

JEAN-LUC MÉLENCHON

Candidat La France insoumise

  • Sortir du nucléaire et planifier le démantèlement de la centrale de Fessenheim ;
  • Planification du 100% énergies renouvelables pour 2050 ;
  • Sortir des énergies carbonées en stoppant les aides aux énergies fossiles ;
  • Développement des modèles de vie passifs avec la construction bois/terre/paille ;
  • Assurer l’isolation de quelque 700 000 logements individuels chaque année ;
  • Conditionner l’obtention de labels écologiques à des résultats énergétiques concrets ;
  • Conditionner la mise en location des biens immobiliers énergivores aux travaux de rénovation énergétique

 

VALERIE PÉCRESSE

Candidate Les Républicains

  • Priorité à la filière nucléaire : maintien des réacteurs nucléaires opérationnels et investissements avec un plan de relance gaullien pour l’énergie : 6 EPR à l’horizon 2035.
  • Soutenir le chauffage biomasse dans les zones rurales ;
  • Diminuer le coût des factures énergétiques en supprimant la TVA et en instaurant des tarifs réglementés de l’électricité ;
  • Développer les incitations financières pour décarboner la consommation des ménages (remplacement des chaudières au fioul) ;
  • Développer le solaire photovoltaïque en parallèle du nucléaire ;
  • Confier la politique du logement et de la rénovation urbaine aux régions ;
  • Création d’un « livret vert » fusionnant le livret A et le livret de développement durable, permettant de financer la réalisation de projets de rénovation et transition énergétique.

 

FLORIAN PHILIPPOT

Candidat Les Patriotes

  • Investir massivement dans le nucléaire nouvelle génération ;
  • Gel des constructions éoliennes sur l’ensemble du territoire.

 

PHILIPPE POUTOU

Candidat Nouveau parti anticapitaliste

  • 10 ans pour mettre fin au nucléaire ;
  • Fermer immédiatement les réacteurs de plus de 30 ans ;
  • Atteindre 100% d’énergies renouvelables en 2050 : développement de la filière renouvelable et arrêt des industries polluantes ;
  • Gratuité des besoins essentiels (logement, chauffage, soins, etc.).

 

FABIEN ROUSSEL

Candidat Parti communiste français

  • Mettre fin aux énergies fossiles ;
  • Promouvoir le mix énergétique mêlant nucléaire et énergies renouvelables ;
  • Construction de 6 nouveaux EPR au minimum ;
  • Objectif de neutralité carbone en 2050 mêlant nucléaire et énergies renouvelables ;
  • Mise en place d’un chèque énergie de 700 euros par an ;
  • Mise en place d’un plan national en faveur de la construction et de la rénovation de 500 000 logements mal isolés par an avec une enveloppe de 10 milliards d’euros accordée à la rénovation énergétique et l’augmentation du budget de l’ANAH ;
  • Mise en place d’un droit universel au logement et construction de logements sociaux à labels obligatoires de performance énergétique et environnementale élevée.

 

CHRISTIANE TAUBIRA

Candidate indépendante

  • Mise en place d’un référendum sur la question nucléaire ;
  • Volonté d’accélérer le développement des énergies renouvelables ;
  • Concentration des aides financières pour l’investissement et la recherche en faveur de la transition écologique des entreprises

 

HÉLÈNE THOUY

Candidate Parti animaliste

  • Aucune proposition relative aux énergies et à l’habitat connue à ce jour.

 

ANTOINE WAECHTER

Candidat Mouvement écologiste indépendant

  • Maintien du mix énergétique ;
  • Développement d’une nouvelle génération de centrales nucléaires de petite capacité SMR.

 

ÉRIC ZEMMOUR

Candidat Reconquête

  • Développer le nucléaire avec la construction de 14 EPR à l’horizon 2050 ;
  • Prolonger la durée de vie des centrales nucléaires à 60 ans ;
  • Réorienter les aides publiques du solaire vers les énergies renouvelables thermiques (géothermique, pompe à chaleur, biomasse) ;
  • Interdiction des nouveaux projets éoliens et gel des projets en cours.

 

À quelques semaines du premier tour, le débat sur l’avenir énergétique de la France est alimenté par les 24 candidats déclarés pour la présidentielle. Il nous faudra attendre mars 2022 pour avoir la liste définitive des candidats rassemblant les 500 parrainages d’élus nécessaires.

 

Rendez-vous le 10 avril prochain aux urnes pour prendre part à l’avenir du modèle énergétique de la France.

Précédent

Suivant

Toujours à vos côtés

 Abonnez-vous à notre newsletter pour ne rien rater et bénéficier de nos actus, promos et conseils en avant première !

 

Merci et à bientôt dans votre boîte mail !